UNE NOUVELLE Génération de thérapies cellulaires

Des microtissus 3D
prêts à implanter

pour libérer le potentiel thérapeutique des thérapies cellulaires issues de cellules souches

Notre pipeline d'innovation

Notre objectif est d'apporter les bénéfices de C-Stem™ le plus rapidement possible aux patients.

Pour cela, nous développons des thérapies cellulaires en propre et en partenariat avec des acteurs industriels et académiques majeurs.

NOTRE PROGRAMME PRINCIPAL

Des microtissus de neurones dopaminergiques pour soigner la maladie de Parkinson

Contrairement aux thérapies cellulaires utilisant des progéniteurs, la technologie C-Stem™ génère des neurosphères 3D contenant des neurones dopaminergiques matures. Les résultats précliniques ont démontré un rétablissement moteur deux fois plus rapide que dans les meilleures études réalisées avec des progéniteurs. D’ici 2024, TreeFrog a pour ambition d’achever l’industrialisation de C-Stem™ en vue d’une première administration chez l’homme.
Microtissu neural composé de neurones dopaminergiques différenciés à partir d’HiPSC cultivées en 3D grâce à la technologie C-Stem™
0 x
+ de neurones dopa post-greffe
2 x
+ rapide pour rétablir la fonction motrice
Co-Développements et partenariats

Contactez-nous !

Pascale-Berthet-TreeFrog.jpg

Pascale Berthet, MSc

CHief Business development officer

Thérapies cellulaires dérivées d’iPS I Thérapies allogéniques issues de cellules souches

TreeFrog Therapeutics fait progresser un pipeline de thérapies cellulaires dérivées d’hiPSC fondé sur la technologie C-Stem. Notre programme principal est une thérapie cellulaire pour la maladie de Parkinson, avec l’objectif d’une demande d’investigation de nouveau médicament (IND) et d’un premier essai clinique de phase I en 2024. Nous développons également des thérapies allogéniques pour l’insuffisance cardiaque avec des cellules cardiaques dérivées d’hiPSC, des greffes d’HSC dérivées d’iPS avec l’EFS, des thérapies cellulaires CAR et NK dérivées d’iPS pour l’oncologie, des thérapies cellulaires dérivées d’iPS pour la DMLA, ainsi que des thérapies cellulaires exploratoires pour les maladies hépatiques et pancréatiques (insuffisance hépatique aiguë et diabète de type I).